Ondine Khayat
Psychopraticienne Certifiée et romancière
à Paris 16, proche 17ème et 8ème

Psychothérapie - Ecoute - Relation d’aide - Soutien psychologique

Une émotion encombrante

La colère fait partie des émotions « mal vues », et nombreux sont ceux qui, enfant, ont entendu des adultes la condamner. Le paradoxe est complet. Nous vivons dans une société où la rivalité, l’agressivité et le jugement sont monnaie courant, et où, dans le même temps, on nous abreuve de conseils pour être zen, bienveillants et remplis d’empathie. Rappelons que la colère, pour les catholiques, fait partie des sept péchés capitaux et que pour les bouddhistes, elle fait partie des trois poisons de l’esprit. Forcément, ça ne nous aide pas beaucoup à la prendre en compte !

Colère et tristesse

La tristesse est bien souvent une colère qui n’a pas pu se dire. Si une colère n’est pas mise en mot, elle risque, soit d’exploser, soit de continuer à brûler silencieusement à l’intérieur, en faisant à chaque fois d’important dégâts. Nous devrions perdre l’habitude de porter un jugement sur nos émotions, car la colère que nous ressentons vient nous dire quelque chose dont il est important de tenir compte. Quelle place donnons-nous vraiment à ce que nous ressentons ? Et combien de fois avons-nous entendu nos amis nous dire, avec les meilleures intentions du monde, « passe à autre chose »,  ou encore, « tu n’as aucune raison d’être en colère ». Je n’ai peut-être aucune raison d’être en colère, mais si je suis en colère, c’est qu’il y a une raison !

Une puissante énergie

La frustration et l’injustice sont susceptibles de faire naître en nous un très fort sentiment de colère. Elle est alors une énergie que nous pouvons mobiliser pour nous dresser contre quelque chose ou quelqu’un et faire face. Mais il est important de savoir la manier, afin de ne pas se sentir débordé par elle, car elle n’est que rarement bonne conseillère lorsqu’on la laisse sortir dans n’importe quelle situation. La question n’est donc pas de juger du bien fondé ou non de sa colère, mais de ce que nous décidons d’en faire lorsqu’elle est là.

Apprendre à gérer sa colère

Si quelqu’un se met en colère dans une situation précise, par exemple lorsqu'on lui fait une remarque humiliante ou injuste, il peut utiliser ce qu’il ressent pour remettre cette personne à sa place. En revanche, exploser en public peut être très dommageable. Lorsque la situation ne permet pas d’utiliser sa colère de manière positive, il est important de prendre un  temps pour comprendre l’enchaînement des faits qui a abouti à cette colère. Une colère accueillie et mise en mot est bénéfique, alors qu’une colère qui brûle à l’intérieur peut être très destructrice. Apprendre à se connaître et comprendre ses émotions et ses ressentis est fondamental pour adapter ses réactions, et se sentir plus équilibré.

" Un sujet qui peut comprendre sa colère comme faisant partie intégrante de lui-même ne devient pas violent. » Alice Miller


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.