Cabinet de Psychothérapie
Ondine Khayat

De plus en plus de personnes se plaignent de subir des pressions et du harcèlement sur leur lieu de travail. Comment se manifeste ce harcèlement ? Quelles conséquentes sur la santé de celles et ceux qui le subissent ? Que faire lorsque l’on subit cette situation ?

Harcèlement, le travail de sape

Je reçois régulièrement dans mon cabinet des personnes qui subissent des situations totalement anormales dans le cadre de leur travail. Des situations qui n’ont rien à voir avec des incompatibilités d’humeur ni avec les contraintes d’un cadre de travail. Le harcèlement n’a rien à voir non plus avec les périodes de rush inhérentes à certaines activités ou aux variations de rythme et d’intensité qui peuvent être sources de désintérêt dans une vie professionnelle. Nous parlons ici d’un travail de sape systématique, qui vise à mettre la pression sur un salarié en usant de comportements abusifs relevant du harcèlement moral. 

Conseils harcèlement

Il est bon de rappeler que la loi 2002 du 17 janvier 2002 dite de modernisation sociale, contient les dispositions permettant de lutter contre le harcèlement moral sur le lieu de travail dans le secteur privé et public.

Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

Le harcèlement moral est une violence répétée dans le temps, qui peut être verbale, physique ou psychologique. Dans sa définition juridique, il s’agit d’agissements répétés qui portent atteinte aux droits, à la dignité, à sa santé physique ou mentale et à l'avenir professionnel d'un salarié. Rappelons que selon l’article L1152-1 du code du travail (issu de la Loi du 6 août 2012) : « aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.»

Les techniques de harcèlement

Beaucoup de salariés que je rencontre sont confrontés à un management qui s’appuie, pour mieux harceler, sur des consignes contradictoires. Le manager demande par exemple une chose à un salarié qui commence à travailler, puis il change subitement d’avis et modifie les objectifs en cours. Il demande bien évidemment quelque chose qui est impossible à réaliser, pour créer une situation de pression maximale sur le salarié. Dans la mesure où ce qui lui est demandé est impossible, il a beau se mettre en quatre, il ne peut pas obtenir de résultat probant. Le manager s’arrange alors pour isoler sa victime en la décrédibilisant auprès de ses collègues, en l’humiliant et en la rabaissant. Ces comportement sont catastrophiques pour la victime qui perd confiance en elle, se sent humiliée, incapable, déboussolée.

Un contexte qui favorise le harcèlement

Dans une société qui place la rentabilité au centre, le harcèlement moral devient un moyen comme un autre de remplir les objectifs. Les pressions mises sur les équipes pour remplir ces objectifs sont de plus en plus grandes, sans bien évidemment, que leurs moyens financiers soient augmentés. On leur demande plus de résultats, plus de clients, plus de chiffre d'affaire, plus de bénéfices, plus de qualité, plus de réactivité, plus d’agilité, plus de reporting projets, plus de normes, tout cela en réduisant les effectifs. Cette réalité absurde, impossible à atteindre, a pour conséquence de favoriser le harcèlement en déresponsabilisant ceux qui s’y adonnent.

Les conséquences sur les personnes harcelées

On observe la plupart du temps, chez les personnes qui sont harcelées une fatigue importante, de l’anxiété, des crises d’angoisse, des attaques de paniques, de la dépression, une difficulté à se concentrer, un perte totale de motivation, des idées suicidaires, une dévalorisation etc. Dans ces conditions, on comprend aisément que plus la personne attend pour demander de l’aide, plus elle aura du mal à réagir face à son harceleur. La plupart des personnes harcelées commencent par penser que cette situation va finir par s’arranger. Il est crucial de comprendre que ça ne s’arrange jamais tout seul, et qu’au contraire, cela se dégrade. La première chose à faire, lorsqu’on est victime de harcèlement, c’est de parler. Il ne faut pas rester seul dans cette situation. Consulter le médecin du travail, aller voir un syndicat ou un avocat est important. Consulter un thérapeute est important aussi, mais doit se faire en parallèle de la consultation auprès d’un professionnel qui pourra sanctionner. En tant que thérapeute, mon rôle est notamment d’écouter la personne harcelée, de l’aider à mettre des mots sur ce qu’elle traverse, de faire des liens avec d’autres moments de sa vie si cela est nécessaire, de l’aider à prendre la mesure de la situation, de mobiliser ses ressources, de l’aider à reprendre confiance en elle, à sortir de la culpabilité, de l’humiliation et du sentiment d’échec qu’elle peut ressentir.

Prouver le harcèlement

Pour prouver le harcèlement moral, il est important pour le salarié de conserver les mails, les notes, les messages audio et sms, les fiches d’évaluations, les plannings etc. Il convient également de répertorier les faits, les paroles prononcées, et les situations subies dans un carnet en les datant et en indiquant qui se trouvaient présents au moment des faits. Il peut s’agir par exemple, d’arrêt de travail, d’une attestation d’un médecin, d’une alerte émanant du médecin du travail, d’un refus injustifié de formation ou de promotion ou d’un refus d’accès répété à des réunions de travail. Ces éléments précis permettront au salarié de prouver les faits qu’il condamne et de ne pas rester dans le « ressenti » de harcèlement. Laissez des traces écrites à la direction des ressources humaines ou à votre hiérarchie, qui est tenue de vous répondre si elle ne veut pas apparaître comme négligente. Rappelons qu’aux prud’hommes, dans les dossiers de harcèlements, les conseillers demandent si le salarié a avisé la direction des ressources humaines, sa hiérarchie, s’il a demandé de l’aide au représentant du personnel ou s’il est allé voir la médecine du travail. Faire ces démarches est donc très important pour laisser des traces concrètes de la situation subie.

“Respecter l'autre, c'est le considérer en tant qu'être humain et reconnaître la souffrance qu'on lui inflige.”Marie-France Hirigoyen


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.