Cabinet de Psychothérapie
Ondine Khayat
Cabinet de Psychothérapie
Ondine Khayat

Les ados au temps du confinement

Que vivent les ados pendant le confinement ? Comment les accompagner au mieux dans cette période particulière de leurs vies ?

Un grand bouleversement

Avec le confinement, les adolescents connaissent, comme nous tous, un grand bouleversement dans leurs habitudes de vie. A un âge où le contact avec les autres est primordial pour se construire, le confinement est difficile à supporter. Plus de sorties, plus de moments passés avec leurs amis, plus de repères, de projections possibles. Ajoutons à cela un virus mondial, un décompte mortuaire qui intervient chaque jour, une situation économique catastrophique, des incertitudes sur l’avenir etc. Les règles de vie sont entièrement bouleversées. Certains ados sont confinés avec leurs deux parents, d’autres, avec l’un d’entre eux seulement. La vie à la maison n’est plus la même, ils n’ont plus cours et  n’ont plus beaucoup de repères.

Adolescence et confinement

L’épreuve du confinement

Votre ado ne va pas forcément s’exprimer sur le confinement. Il ne vous dira pas qu’il est angoissé. Pour cela, il faudrait qu’il en soit conscient, puis qu’il accepte de l’avouer. La plupart du temps, son angoisse s’exprime sous une forme agressive. Il peut vous dire qu’il s’en fout, que tout ça n’est pas son problème, qu’il veut juste que tout redevienne comme avant, que ce n’est pas de sa faute… Plusieurs d’entre eux m’ont confié en séance qu'ils n'ont rien à voir avec tout cela et que ce sont « les adultes qui ont merdé ». Votre ado peut aussi vous prévenir, dès que tout cela sera terminé, il ne faudra pas venir « le faire chier », il va falloir qu’il sorte et que vous lui « foutiez la paix ». Votre ado peut aussi traverser des phases d’abattement. Un manque d’entrain qui le conduit à ne pas vouloir s’habiller et à rester mutique. D’autres peuvent exprimer une grande tristesse, de l’anxiété, un fort sentiment de solitude.

Adolescence et confinement

De la nécessité de temporiser…

Les règles de vie ont changé depuis le début du confinement. S’il faut bien sûr maintenir des règles qui structurent et sont nécessaires, il convient de temporiser. Votre ado ne voit plus ses amis, il a besoin de les voir à distance. Il est donc normal qu’il passe un peu plus de temps sur son téléphone. Vous pouvez tout-à-fait rédiger avec lui un « pacte de confinement », qui définit les règles de la vie commune pendant cette période. Le temps passé devant les écrans en fait partie, de même que la répartition des tâches, les temps de partage, de discussions, les espaces de travail etc. Cela peut donner lieu à un temps de « brain storming » familial, qui permettra à chacun de s’exprimer. Vous pouvez mettre en place des groupes de rencontre, chaque soir ou tous les deux soirs par exemple. Le cadre à poser est que chaque membre de la famille s’exprime à partir de ce qu’il ressent, sans incriminer les autres. Cela peut permettre l’expression de la tristesse, de la colère et de toutes les émotions difficilement exprimables. Par ailleurs, cela peut renforcer les liens familiaux en permettant à chacun de mieux comprendre ce que les autres membres traversent.

Adolescence et confinement

Une épreuve parentale

Si votre ado est à fleur de peau, ce confinement est aussi une épreuve pour vous. Vous faites face à un bouleversement de votre rythme de vie, à des angoisses et des inquiétudes nouvelles. Votre ado est là en permanence, vous devez gérer votre travail et vérifier le sien, sans compter tout le reste. Il est primordial dans cette période de prendre du recul pour ne pas envenimer davantage la situation. Ce confinement rend les relations familiales potentiellement inflammables, et chacun doit essayer de tempérer ses réactions. Si votre ado est agressif, essayez de ne pas lui répondre avec agressivité. Il exprime son angoisse et a besoin que vous teniez bon dans cette épreuve. Vous pouvez tout-à-fait lui dire que vous êtes fatigué ou inquièt, mais cela doit être dit d’un ton calme, ferme. Ce qui inquiète un enfant, ce n’est pas que ses parents soient inquiets, c’est de les sentir dépassés ou effondrés. On peut être inquiets dans une situation donnée et montrer à ses enfants qu’on l’affronte tout en ayant conscience que c’est difficile. Vous voir affronter vos angoisses sans les dissimuler leur permettra d'apprendre à mieux gérer les leurs.

"L’adolescence est l’âge où les enfants commencent à répondre eux-mêmes aux questions qu’ils posent." George Bernard Shaw


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.