Cabinet de Psychothérapie
Ondine Khayat

Une mère porte son enfant pendant neuf mois avant de le mettre au monde. Elle est son tout premier lien et est censée l’aider à grandir et à se développer. Qu’en est-il lorsque ce n’est pas le cas ?

Les premiers liens

Lorsque le nourrisson vient au monde, il est totalement dépendant de son environnement. Il a besoin de stabilité, de fiabilité, de continuité dans les liens, pour se développer de manière harmonieuse. Lorsqu'il grandit dans un environnement serein auprès de parents qui répondent à ses besoins tout en le laissant faire ses propres expériences, il développe un bon contact avec lui-même. Il nourrit son imaginaire, acquiert une sécurité intérieure, une capacité à être seul, à faire la différence entre lui et les autres, à être conscient de ses ressentis et à les prendre en compte. 

les mères toxiques

Lorsque son environnement n'est pas stable, que ses liens avec son entourage sont discontinus, il est tendu, sur le qui-vive, et a du mal à acquérir une sécurité intérieure. Il ne peut pas se sentir bien car il est sans arrêt en proie à des chaud-froid émotionnels.

La mère suffisamment bonne de Winnicott

Le pédiatre et psychanalyste britannique Donald Winnicott a développé le concept de « mère suffisamment bonne » pour évoquer une mère (ou un adulte référent), qui permet à son enfant d'acquérir une certaine autonomie. Cette mère suffisamment bonne est un état intermédiaire entre une mère "trop bonne" qui interfère et entrave le développement de son enfant, et une mère "pas assez bonne", distante, qui provoque de l'anxiété chez son enfant, et perturbe son développement et l'acquisition d'un sentiment de sécurité intérieure. La mère toxique entrave le développement de son enfant qui est en plein processus de maturation personnelle. Ce sont des liens destructeurs car ils interviennent à un moment où l’enfant doit découvrir et affermir sa personnalité, et construire l’estime de lui-même.

La mère toxique

La mère toxique ne respecte aucun des désirs de son enfant. Elle projette sur lui tout ce qui l’encombre. Elle veut tout contrôler et ne souhaite absolument pas que son enfant soit autonome. Elle cherche à le garder auprès d’elle car son autonomie la renvoie à une solitude qui la terrifie. Elle expulse d’elle ses angoisses, son manque d’estime d’elle-même, ses fragilités etc. et les projette sur son enfant, qui est écrasé par ce poids. Elle invalide les ressentis de son enfant, souffle le chaud et le froid, l’humilie, le ridiculise. Elle peut parfois l’écouter, être gentille, ce qui fait plaisir à l’enfant qui ouvre son coeur. Mais très vite, elle se sert de ce qu’il lui dit pour l’humilier et lui faire mal. L’enfant fait l’expérience d’un lien très insécurisant.

mères toxiques

Du côté de l’enfant

L’enfant d’une mère toxique ressent du vide, un manque d’assurance, une difficulté à sentir par lui-même, une grande insécurité affective, une peur profonde des autres, une difficulté à être en lien, un manque d’estime de lui-même… Il croit que c’est lui le problème, essaye de faire des efforts, pense qu’il n’est pas digne d’être aimé. Ces relations sont particulièrement destructrices, car elles interviennent dès les tout premiers liens. L’enfant n’a donc pas la possibilité de faire une autre expérience, de connaître autre chose, avant d’être plongé dans cet environnement néfaste.

L’impact d’une mère toxique

Lorsque je reçois dans mon cabinet des adultes, hommes et femmes, qui ont grandi avec une mère toxique, le premier travail est souvent pour eux de réaliser que leur mère est toxique. Ils rapportent des faits qu’ils savent tout-à-fait anormaux, mais ont la plupart du temps du mal à les qualifier. Prendre conscience de la toxicité de leur mère est un premier pas fondamental. La seconde difficulté pour eux est de faire le lien entre cette toxicité et leur souffrance actuelle. Il m’arrive souvent de les entendre me dire que oui, c’était difficile chez eux, mais que c’est du passé, qu’ils sont adultes maintenant, et qu’ils ne comprennent pas en quoi cela les affecte encore aujourd’hui.

Comment s’en sortir ?

Reconnaître qu’on a eu une mère toxique est fondamental. Un travail thérapeutique est important à effectuer pour comprendre l’impact de ce lien destructeur sur la construction de la personnalité. Ce travail permet de décoder le vrai du faux, de faire des liens entre le passé et le présent, de rendre à sa mère ce qui lui appartient, de faire l’expérience de ce qu’est la sécurité affective, de renforcer l’estime de soi. C’est un puissant antidote au poison qu’a distillé depuis l’enfance la mère toxique dans le coeur de son enfant. Se libérer de l’emprise toxique des mots entendus demande un travail minutieux. Un peu comme enlever des éclats de verre dans le coeur. Une fois libéré, c’est une nouvelle vie qui s’ouvre, avec à la clé, la découverte de ce qu’est le sentiment de sécurité intérieure.

"Soyez ce que les autres pensent et vous serez toujours leur prisonnier." Lao Tseu


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.