Ondine Khayat
Cabinet de psychothérapie Paris

Approche Centrée sur la Personne. Psychologie humaniste

"Ce qui ne peut danser au bord des lèvres s'en va crier au fond de l'âme." Christian Bobin

Nous avons, tout au long de nos vies, des deuils à effectuer. Séparations affectives, perte de notre idéal, mutations diverses... mais la perte d'un être cher est sans doute le deuil le plus douloureux auquel nous sommes confrontés.

Immortels ?

Comment vivre l'épreuve du deuil ? En occident, la population vieillit et nous vivons de plus en plus longtemps. On pourrait donc légitimement penser que nous sommes plus à l’aise avec la mort, mais c’est le contraire. Nous cachons la vieillesse, et nous ne parlons que très peu de la mort.  

Conseils deuil

Dans d’autres cultures, la mort est vécue comme un passage qu’il convient de célébrer tous ensemble, en chantant et en dansant. Dans certains endroits du monde, on accompagne l’âme du défunt dans son voyage vers un autre plan de conscience. La mort est ritualisée, symbolisée et permet aux vivants de jouer un rôle actif en se la représentant.

La mort de l’être cher nous fait éprouver la perte et nous confronte à notre  propre mort, les obsèques sont une cérémonie en l’honneur du défunt et un rite social. Quant au deuil, qui vient du latin « dolus » (douleur), c’est le temps de la souffrance individuelle. 

La vie au point mort

Lorsqu’on vit un deuil, on a besoin de soutien et c’est bien souvent nos proches qui jouent ce rôle. Nous n’avons pas tous besoin de voir un professionnel. Mais il arrive que la souffrance de la personne endeuillée soit si profonde, que l’entourage ne sait plus quoi faire. La douleur causée par la perte est si accablante, que la personne endeuillée s’enfonce dans la tristesse et la dépression. C’est à ce moment-là qu’il faut consulter. C’est quand nous ne pouvons plus assumer notre propre vie parce que la perte du défunt nous met à genou qu’il faut réagir et en parler à un thérapeute.

Comment faire son deuil ?

« Faire son deuil », c’est pouvoir vivre les différentes étapes de sa douleur. Le thérapeute va accompagner la personne endeuillée en lui permettant de libérer ses émotions, d’exprimer sa douleur, de pleurer ou d’exprimer sa colère. L’accompagnement, durant cette phase de deuil offre un espace de sécurité, un temps de parole, de silence ou de larmes, offre un accueil bienveillant et sans aucun jugement qui est libérateur. Si la douleur de la personne endeuillée révèle une souffrance plus profonde, et réactive d’autres douleurs, une psychothérapie pourra alors permettre d’effectuer un travail en profondeur.

« Les morts, ce ne sont pas les absents, ce sont les invisibles ».
Victor Hugo


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.